Génération Nation demande la dissolution de l’UNEF

Mélanie Luce interviewée sur Europe 1

Historiquement de gauche, l’Union Nationale des Étudiants de France a toujours eu comme but premier de défendre les intérêts des étudiants français. Créée en 1907, réunifiée en 2001, l’UNEF est présente dans la majorité des facultés françaises. 

Depuis un certain nombre d’années, comme toutes les formations politiques de ce côté de l’échiquier politique, ce syndicat étudiant a dérivé dans une vision racialiste et communautaire de la société française. Prenant la défense de minorités soi-disant menacées par le racisme institutionnel de l’État français, la gauche et l’extrême-gauche passent d’une lutte des classes à une lutte des communautés et l’UNEF ne fait malheureusement pas exception. 

La gauche et l’extrême-gauche passent d’une lutte des classes à une lutte des communautés et l’UNEF ne fait malheureusement pas exception.

Régulièrement, ses dirigeants défrayent l’actualité par leur militantisme toujours plus virulent que ce soit aussi bien dans leurs prises de position, dans leurs tenues vestimentaires ou encore dans leurs actions. 

Pour rappel, alors que la charpente de Notre-Dame de Paris brûle encore, des cadres du syndicat se moquent ouvertement du désarroi de millions de Français : « Je m’en fiche de Notre-Dame de Paris, car je m’en fiche de l’histoire de France ». Sans manquer, bien évidemment, de communiquer leur haine de la France et des Français : « Wallah vous aimez trop l’identité française alors qu’on s’en balek objectivement, c’est votre délire de petits blancs ».

Capture d’écran - Tweet d’Hafsa Askar, vice-présidente de l’UNEF Lille

Plus récemment, les cadres de ce syndicat étudiant avaient relayé sur les réseaux sociaux un collage accusant nommément plusieurs professeurs d’islamophobie à Sciences Po Grenoble, mettant ces derniers en danger. 

Régulièrement, on peut voir la vice-présidente de l’UNEF, Maryam Pougetoux, porter fièrement un hijab lors de ses sorties médiatiques. Cette dernière impose, à tous, son militantisme politique et ses convictions religieuses, même lorsqu’elle est invitée à l’Assemblée nationale, créant ainsi l’incompréhension et la colère de certains députés qui préfèrent, ce jour-là, quitter la commission d’enquête en signe de protestation. 

Maryam Pougetoux, vice-présidente de l'UNEF

Dernier scandale en date, Mélanie Luce, présidente de l’UNEF et invitée de Sonia Mabrouk sur Europe 1, admet l’existence de réunions interdites aux personnes blanches au sein de son syndicat étudiant. Un palier de plus a été franchi, puisque maintenant, le syndicat organise un racisme décomplexé dans les facultés françaises ! Imaginez une seule seconde qu’un syndicat étudiant organise des réunions où les personnes de couleur soient interdites ? Imaginez la réaction de toute la classe médiatico-politique donneuse de leçons ? 

Cette association gavée d’argent public, qui défend des thèses indigénistes, racialistes et anti-France n’a définitivement plus sa place dans nos facultés. Elle ne représente, malheureusement, plus les étudiants français depuis bien longtemps. 

Une seule solution : DISSOLUTION

Retrouvez Dorian Munoz sur Facebook et Twitter

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*